Comment écrire un scénario (partie 4/4) – Le Scénario

Accueil Forums Les Ateliers Tuto scénario Comment écrire un scénario (partie 4/4) – Le Scénario

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Kiros, il y a 10 mois et 1 semaine.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #15836

    Kiros
    Admin bbPress

    On écrit une dernière fois le récit en introduisant les scènes et en faisant apparaitre le dialogue

    Dans le manuel de la BD (Tome 3 – Réalisation du Story) des éditions Eyrolles, il est fait mention de 3 unités a respecté a l’instar du théâtre classique du XVIIe. L’unité de temps impliquant que l’action ne dût dépasser une « révolution du soleil », comme le spécifiait Aristote, soit une demi-journée ou une journée. L’unité de lieu imposant que l’action se déroule dans un même lieu. Et l’unité d’action obligeant que tous événements dussent être liés et nécessaires.
    Dans un scénario de film, c’est le changement de lieu ou de temps qui définit le changement de scène. Les changements de personnages (arrivée ou départ d’un protagoniste) servent souvent de rupture. L’arrivée d’un nouveau personnage définit une nouvelle action, donc une nouvelle séquence.
    Une règle consiste à compter les séquences dans le script. Une quinzaine de séquence par album semble être une bonne moyenne. S’il y en a 12 on peut encore en ajouter. Au-delà de 20 le rythme est peut-être trop rapide.

    Un récit peu se composer de :

    Chapitre
    Un roman doit être structuré, mais il est parfois difficile de le « chapitrer ». Comment savoir quand commencer et finir vos chapitres ?
    Il est important d’avoir des chapitres bien structurés. S’ils démarrent et s’arrêtent au bon moment, ils seront très utiles à l’intrigue. Il ne faut donc pas négliger ces « coupures ».
    Détachez-vous de la structure
    Si vous avez des difficultés à écrire en découpant votre texte en chapitres, le mieux est de prendre du recul. Quand vous commencez un récit, structurez votre texte en fonction de l’intrigue et des évènements ou appuyez-vous sur la règle des « 2 Obs ». Commencez ensuite à écrire et quand vous arrivez à un point qui ferait, selon vous, une bonne fin de chapitre, créez un repère. Continuez ainsi de suite, et vous choisirez, à la fin, quels repères correspondent le mieux à une fin de chapitre.
    Un changement = un chapitre
    Un nouveau chapitre signifie en général qu’il y a eu un changement. Il est donc important de placer les coupures lorsqu’un changement de lieu, d’époque ou de point de vue se produit. Les coupures peuvent également être placées lors d’un bouleversement dans l’intrigue. Cela permet de guider le lecteur vers la nouvelle orientation que prend votre histoire.
    Créez du suspens grâce aux chapitres
    Les chapitres peuvent servir à renforcer le suspens. Pour cela, posez-vous cette question : comment faire pour que le lecteur qui a décidé d’arrêter sa lecture à la fin de ce chapitre ne puisse pas poser le livre car il veut savoir ce qui se passe ensuite ? Les fins de chapitres à suspens sont très efficaces, cependant il ne faut pas en abuser. Si ces fins sont trop courantes, le lecteur finira par les prévoir, et l’effet retombera. De plus, pour que cela fonctionne, il faut que le suspens soit réellement une dimension de l’histoire. Les lecteurs se rendront compte de la « supercherie » si le suspense est simplement utilisé pour créer l’envie de lire le chapitre suivant. Enfin, pour créer du suspens, la scène de fin du chapitre ne doit pas nécessairement être une scène d’action, il peut s’agir par exemple d’une révélation dans un dialogue.
    Source : enviedecrire.com que je vous conseil vivement

    Séquence
    Le mot « Séquence » vient du latin « séquentia » qui signifie « suite ». Avec la scène, la séquence est une unité fondamentale de la grammaire du cinéma. Une séquence est une suite de scènes qui ne se déroulent pas forcément dans le même décor mais qui forment un tout.
    La séquence peut être définie par :
    – la place qu’elle occupe dans le récit (séquence d’intro, séquence de fin…)
    – ce qu’elle donne à voir (séquence d’action)
    – son intensité (séquence dramatique)

    Scène
    Le mot « Scène » vient du mot latin « scaena », scène de théâtre : ce mot vient lui-même du grec « skéné » qui signifie « baraque ». La scène a désigné successivement :
    – le petit espace dans lequel les acteurs changeaient de costume (baraque)
    – le vaste bâtiment du théâtre (appelé hémicycle) devant lequel les acteurs jouaient.
    – Le lieu où les comédiens jouaient

    Aujourd’hui, au cinéma, la scène est un fragment du film, elle est composé d’un ensemble de plans (que l’on peut comparer aux cases en BD) qui forment une unité : elle se déroule dans un même lieu, lieu que l’on retrouve d’un plan à l’autre de la scène.
    Mettre en scène signifie, au théâtre et au cinéma, organiser l’espace (décors, etc.) et mettre en place les comédiens dans cet espace. Au cinéma le réalisateur du film est au le metteur en scène.

    Plan (équivalent des cases en BD)
    Sur un tournage, le plan est le morceau de film qui défile dans la caméra entre le début de la prise et la fin de la prise. Le plan est au cinéma ce que la vignette est à la BD.
    Au montage on retire les morceaux de film que l’on juge inutiles. Le film est monté est une suite de plans séparés les uns des autres par ce que l’on appelle un raccord. Un plan est caractérisé notamment par :
    – Sa durée
    – La distance de la caméra par rapport à la scène qui est filmée ; elle définit la dimension des objets ou de personnages qui vont apparaître à l’écran : on ne parle pas de grosseur du décor ou des personnages mais d’échelle des plans.
    – L’angle de prise de vue de la caméra
    – Le mouvement de la caméra (fixe, panoramique, travelling…)

    Introduire chaque scène avec les 6 éléments suivants :

    1. CH n : Le numéro du chapitre.
    2. SQ n : Le numéro de la séquence.
    3. SC n : Le numéro de la scène.
    4. Le lieu de la scène (très utile pour les plans)
    5. Int ou Ext : Intérieur ou Extérieur
    6. Jour ou nuit.

    Résumer les actions telles qu’elles se déroulent dans la scène, en donnant parfois quelque indication sur les cadrages si cela s’avère être utile (rester le plus neutre possible si votre travail s’oriente pour le cinéma), et les dialogues des protagonistes présent à la façon d’une pièce de théâtre.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 10 mois et 1 semaine par  Kiros.
Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.